Alors que la France peut se targuer fièrement de compter près de 3 millions de TPE, la crise sanitaire que traversent les entreprises depuis près de 2 ans ne semble pas avoir provoqué bond significatif dans la digitalisation des TPE. Cette crise sanitaire est venue dégrader la situation économique des TPE mais n’a pas provoqué un remous significatif dans les alternatives digitales pour occuper d’autres canaux de communication ou de vente. Un sondage réalisé en Janvier 2021 par l’Ifop auprès de nombreux dirigeants de TPE a mis en exergue les principales raisons de cette « absence digitale » puisque près de 49% des TPE françaises ne possèdent toujours pas un site qui leur est consacré.

La crise sanitaire a substantiellement augmenté les ventes en ligne, les transactions et même la génération de leads depuis le début de la crise sanitaire : Statista affirme qu’en 2021, près de 2,14 milliards de personnes ont acheté en ligne. Pourtant, cet outil si primordial qu’est le site web au développement d’une entreprise est maillon manquant dans beaucoup de TPE françaises, puisque 40% des 3 millions de TPE que compte la France, ne possèdent toujours pas de site web, alors qu’est-ce qui cloche ? L’enquête de l’Ifop, basées sur des sondages menés en Janvier 2021 va nous permettre d’y voir plus clair.

Une méconnaissance des alternatives digitales

Bien que 70% des dirigeants interrogés viennent affirmer qu’ils savent ce qu’est le référencement d’une page internet, une très grande majorité d’eux se retrouve vite moins informée quand il s’agit d’évoquer les moyens qui permettent la création d’un site web. Personne n’échappe à la règle, pas même le célèbre CMS WordPress qui n’est connu que par 55% des dirigeants interrogés, 79% d’entre eux ne savent pas précisément ce qu’est le « cloud computing » et 85% ne sont pas à l’aise avec le terme de logiciels S.a.a.S (software as a service).

La digitalisation des TPE françaises

En prenant compte de cette méconnaissance des dispositifs digitaux, il parait naturel de s’interroger en conséquence sur la digitalisation des TPE françaises. 65% d’entre elles disposent de logiciels de gestion, de comptabilité ou de ressources humaines, 61% possèdent un site vitrine et 60% déclarent avoir une activité sur les réseaux sociaux.

Là où le bât blesse davantage, c’est au niveau des sites e-commerces, puisque 66% d’entre elles déclarent n’avoir aucun site permettant la vente de leurs produits ou de leurs prestations et près de 47% d’entre elles n’ont aucun outil permettant la gestion et l’optimisation de leur référencement. Ensuite, 42% des TPE françaises n’ont pas de logiciel de gestion commercial et 55% d’entre elles n’ont pas d’outil permettant la visioconférence comme Zoom, Skype, MS Teams ou encore Discord et Slack.

Un faible recours aux solutions digitales

La crise sanitaire a fortement accentué l’essor du télétravail, en cause les divers confinements et couvre-feux qui ont obligées les entreprises à travailler à distance. Si beaucoup de TPE ont revu leurs manières de fonctionner pour faire basculer leurs environnements de travail sur le digital, une large majorité d’entre elles s’en sont abstenu. Si 56% des TPE ont utilisé des accès mail à distance, seulement 35% d’entre elles ont eu recours à des visioconférences et 34% ont utilisé des messageries instantanées. Dans 67% des cas, elles n’avaient pas accès leurs réseaux informatique à distance et 30% seulement partageaient des fichiers par le biais de plateformes tels que WeTransfer ou Dropbox.

Le digital : un effort plutôt qu’une motivation

Une donnée en particulier est très intéressante, puisque 67% des dirigeants interrogés expliquent qu’ils perçoivent la digitalisation de leur structure comme une « obligation » et seulement 29% d’entre eux estiment qu’elle constitue « plutôt une opportunité motivante », parmi celles-ci, les TPE de 6 à 9 salariés et celles du secteur du BTP sont particulièrement représentées.

Mais alors, quels sont les projets digitaux privilégiés par les TPE qui investissent ou comptent le faire ?

C’est en toute logique que la création d’un site web vitrine ou e-commerce sont les deux projets les plus prioritaires pour les TPE qui investissent, avec 34% des répondants qui les place tout en haut de leur liste des priorités. Le référencement et l’optimisation sur Internet vient compléter le podium avec 33%. La création/gestion des réseaux sociaux LinkedIn/Facebook occupe une bonne part avec 31% tandis que le nouveau challenger qui complète ce « top 5 » est la mise en place d’un outil de communication collaboratif ou de visioconférence Skype, Zoom ou MS Teams avec 25%.

Conclusion

Cette enquête met en avant un paradoxe français, si une petite majorité de TPE comprend l’importance du digital, peu d’entre elles y voient une opportunité pour y consentir de véritables efforts. Si les habitudes de consommation ne cessent d’évoluer en ce sens depuis des années, les TPE françaises, elles, prennent beaucoup de retard sur les grosses entreprises qui ne cessent d’investir en ce sens.

Posons un instant nos fiches pleines de chiffres et abordons le sujet de manière plus analytique. Que les TPE prennent du retard sur les grosses entreprises, n’a rien d’une surprise puisque les budgets diffèrent de manière criante, en toute logique. Mais cette absence de digitalisation s’explique grandement par les alternatives que ne perçoivent pas les TPE.

Prenons l’exemple du référencement : la stratégie locale est malheureusement parfois trop souvent abandonnée et laissée entre les mains de grosses entreprises qui viennent vampiriser des zones de chalandises impertinentes, et ce, à bas coût. En prenant pour exemple de nombreuses discussions avec des clients, la crainte est souvent la même : occuper du territoire localement coûte une fortune. Et bien, ce n’est pas vrai du tout. Tout dépend de l’investissement des concurrents dans votre secteur d’activité et dans votre zone géographique, il vous sera parfois bien moins dur qu’il n’y’ paraît d’être bien positionné dans votre secteur, et vu les tendances mises en avant par l’enquête de l’Ifop, nous sommes peut-être dans un moment idéal pour investir dans le digital. Les craintes de beaucoup de dirigeants et de TPE sont compréhensibles, alors au 16Digital, on ne peut que conseiller de prendre son temps pour mettre en place des projets digitaux. Trouvez une agence qui jauge les besoins de votre TPE, qui agit comme si elle connaissait votre entreprise depuis des années, qui vous conseille précisément sur vos domaines d’activité et qui ne vous donne pas l’impression d’exprimer un charabia incompréhensible.

Car même si rien n’est fixe dans le digital, aucune magie n’empêche une agence digitale de vous éclairer sur les actions qu’elle va entreprendre pour une entreprise, c’est son métier.

Et si une agence digitale avec cet état d’esprit vous intéresse… Sachez que le 16Digital est tout à l’écoute de vos projets !